Confrontations

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 20 juin 2016

SOLIDARITE AVEC LA FRAPNA REGION

Nous relayons la campagne de soutien financier pour la FRAPNA région qui perd grâce à la volonté des exécutifs régionaux une grande partie de ses financements pérennes, Son activité d'éducation à la nature est menacée et surtout une opposante à certains grands projets inutiles et ou illégaux sera réduite au silence

logo-bd-65-57.jpg

campagne-SAVE-FRAPNA-632-115.jpg campagne-SAVE-FRAPNA-632-115.jpg

L'EDITO DU PRESIDENT : L'environnement, ça commence à bien faire... L'emploi aussi ?

Comment avons-nous pu en arriver là ? En 4 mois, nous sommes passés de l’euphorie du Grenelle de l’environnement et de la COP 21 à une relégation sans précédent des questions environnementales.

Lire la suite...

COMPTE-RENDU de la journée du 18 juin des opposants aux Center Parcs

https://haro-grenoble.info/spip.php?article75

le temps pluvieux du samedi 18 juin 2016 n'a pas découragé les opposants aux Center Parc ni à Royon ni ailleurs.

une vidéo

Jacques

mercredi 1 juin 2016

SOUTIEN AUX OPPOSANTS AU CENTER PARC DE ROYBON LE 18 JUIN 2016

Rassemblement festif

samedi 18 juin 2016 à partir de 15 heures.

champ de mars- à St Marcellin (Isère)

Contre le Center Parc de Roybon

  • un projet inutile, un de plus !

Depuis 2007, le groupe Pierre et Vacances fait tout pour implanter dans la zone des Chambarans sur la commune de Roybon (Isère) un de ces pièges à touristes et à investisseurs dont il a le secret : un Center Parc. C’est un des projets en cours parmi d’autres à l’étude en France. Il s'agit de construire un village de vacances privé et clos de 1 024 bungalows en location et une bulle chauffée de
30 000 mètres carrés avec végétation tropicale, bains à remous, boutiques, restaurants… Bref un véritable paradis artificiel peint en vert.

  • Destruction des milieux naturels

Pour installer cette merveille, il faut de l'eau et des terrains. Cela tombe bien : les Chambarans sont une zone boisée et aussi une zone humide. Pour aménager tout cela, il faut donc détruire cet environnement prétendument sans valeur mais d'une très grande richesse écologique.

  • Socialisation des pertes et privatisation des profits

Pierre et Vacances compte bien se faire un maximum d'argent en siphonnant les financements publics, en rachetant à bas prix la terre agricole pour la revendre au prix du terrain à bâtir et en louant très cher ses clapiers à touristes.

  • Des appuis politiques à tous les niveaux

Cette destruction irréversible des milieux, de la qualité et des modes de vie locaux, est appuyée par le Conseil départemental de l'Isère et de la Drôme, ainsi que la préfecture. La nouvelle majorité de la région Rhône-Alpes-Auvergne a aussi décidé de subventionner directement le projet à hauteur de 4,7 millions d’euros. Dans le même temps elle s'attaque aux financements de l'environnement, de l'agriculture paysanne, du social et de la culture. Pierre et Vacances a donc maintenant le soutien de TOUS les pouvoirs politiques et instances dirigeantes. Tout cela est justifié au nom de l'emploi à tout prix, avec pour les habitants les plus chanceux, une vie de balayeurs en CDD à temps partiel.

  • Une lutte locale inscrite dans la durée

Depuis 2009, des collectifs locaux et extérieurs s'opposent au projet. De nombreuses manifestations, des actions, des procédures juridiques se sont succédées.

En 2014, une ZAD est créée sur le site. En face, les pro-Center Parc menacent de façon musclée les opposants sur le terrain.

  • Agir en solidarité avec les opposants

Face à cette situation et aux dangers qui pèsent sur la zone, il est plus nécessaire que jamais de montrer que l’opposition concrète aux Center Parcs ne faiblit ni ici ni ailleurs.

Nous appelons à aller nombreuses et nombreux au rassemblement organisé, le 18 juin à Saint Marcellin.

Center Parcs, ni ici, ni ailleurs !

Non aux Center Parcs et à tous les grands travaux inutiles !


si vous souhaitez diffuser le tract, vous pouvez charger son PDF et l'imprimer

pdf de l'appel

Confrontations c/o Maison de l'écologie, 4, rue Bodin, 69001 Lyon
confrontations2@free.fr

lundi 30 mai 2016

Financiarisation de la nature : du local au global, c'est capital pour le Capital

Le livre 1 de Christophe Bonneuil (historien de l'environnement 2, membre d'ATTAC) et Sandra Feydel (journaliste et documentariste) est un ouvrage intéressant à lire, à la fois pour l'éclairage historique qu'il apporte sur les origines idéologiques de la financiarisation de la nature, les outils existants et les conséquences actuelles et prévisibles à diverses échelles.

Je suis une mouche...

La mouche des sables de Californie est l'involontaire héroïne du début du livre. Elle est avec son habitat légalement protégée. Cela bloque théoriquement toute possibilité de projet immobilier ou industriel sauf si on peut légalement compenser écologiquement ailleurs, les destructions causées par ces projets. La société Vulcan a donc décidé de « créer de la valeur pour ses actionnaires en mettant la mouche à profit ». Elle a acheté des terrains devenus inconstructibles où se trouvait la mouche, les a découpés en lots d'une valeur de 100 000 $ et créé des « titres mouche » qui sont proposés à des investisseurs amenés à compenser des milieux naturels détruits. Wildlands propose aussi des actifs naturels mais aussi achète massivement des zones abritant des espèces protégées dans des zones à fort potentiel foncier. La nature et sa « protection » participent donc indirectement à la spéculation foncière et financière sur une zone jugée rentable. Car petit souci, ces nouveaux combattants d'une protection de l'environnement de marché, n'achètent rien là où l'intérêt économique est nul ou faible. D'autres bio-banques ou banques de conservation commercialisent des titres d'actifs naturels : zones humides, forêts, cactus, lézard au nez droit, buse de Swainson, crevettes, scarabées. En 2010, ce marché représentait 798 banques d'actifs et 4 milliards de dollar de chiffre d'affaires.

Lire la suite...

mercredi 20 avril 2016

samedi 13 février 2016 aux Sarrazineurs : Réunion d'information et débat sur la lutte contre le Center parc de Roybon avec l'association « Pour des Chambarans sans Center Parc »

pour des Chambarans sans Center Parcs !

Un projet inutile, un de plus, près de chez nous

Depuis 2007, le groupe Pierre et Vacances fait tout pour implanter dans la zone des Chambarans sur la commune de Roybon (Isère) un de ces pièges à touristes dont il a le secret : un Center Parc. Il s'agit de construire un village de vacances privé et clos de 1024 bungalows en location et une bulle tropicale de30 000 m3 avec végétation tropicale, bains à remous, boutiques, restaurants... Bref un véritable paradis artificiel peint en vert.

Destruction des milieux et privatisation des profits

Pour installer cette merveille, il faut de l'eau et des terrains. Cela tombe bien : les Chambarans sont une zone boisée et aussi une zone humide. Pour aménager tout cela, il faut donc détruire cet environnement prétendument sans valeur mais d'une exceptionnelle richesse écologique. Avec ce projet, Pierre et Vacances compte se faire un maximum d'argent. Comment ? En siphonnant les financements publics, en rachetant à bas prix la terre agricole pour la revendre au prix du terrain à bâtir et en louant très cher ses clapiers à touristes. Cette destruction irréversible des milieux, de la qualité et des modes de vie locaux, est appuyée par le Conseil général de l'Isère et la préfecture, avec la complicité des bureaux d'études spécialisés qui truquent les résultats des études d'impact et les mesures dites « compensatoires ». Tout cela est justifié au nom de l'emploi à tout prix avec pour les habitants les plus chanceux, une vie de balayeurs en CDD à temps partiel.

Une situation locale tendue

Dès 2009, les locaux et des opposants extérieurs s'organisent pour lutter contre ce projet. De nombreuses manifestations, des actions, des procédures juridiques se succèdent. Les pro-center parc s'organisent également et menacent les opposants sur le terrain. Une ZAD (Zone À Défendre) se crée sur le site, fin 2014. En juillet 2015, la justice annule l'arrêté préfectoral pris au titre de la loi sur l'eau. Pour le moment les travaux sont donc bloqués, mais Pierre et Vacances conteste la décision.

Information et solidarité

Nous vous invitons à venir nombreuses et nombreux, afin de faire le point sur cette lutte complexe, ses buts et moyens et développer la solidarité et des échanges, car à Roybon comme ailleurs :

Non aux Center Parcs et à tous les grands travaux inutiles !

Pour découvrir le PCSCP click molette Vidéo Envoyé Spécial sur les Chambarans click molette